Saint Louis Marie > Sa vie

et se consacre à la prédication dans des missions rurales qui s'organisaient, alors, dans l'ouest et le centre de la France. Il prêche à Nantes et dans les communes alentour, et à Poitiers notamment. Il réorganise l'hôpital de cette ville et en est nommé aumônier. Montfort a beaucoup aimé les pauvres, mais contrairement à ce que l'on croit, il ne s'est pas occupé que des pauvres. Ses amitiés spirituelles avec le Marquis de Magnanne et les époux de la Garaye en sont la preuve.

Il fonde en 1703, avec Marie-Louise Trichet, une congrégation féminine, hospitalière à l'origine, les Filles de la Sagesse, qui étendra très vite son activité à l'enseignement.

 

Le 6 juin 1706, il rencontre le pape qui lui confère le titre de Missionnaire apostolique et lui demande de rester en France pour continuer à renouveler l'esprit du christianisme par le renouvellement des Promesses du Baptême et la consécration à la Sainte Vierge.

 

 

Il rentre en France, se rend à Notre-Dame des Ardilliers à Saumur, puis au Mont Saint-Michel, et commence ensuite son apostolat des missions. Jusqu'à sa mort, en dix ans, Montfort prêche dans une dizaine de diocèses, depuis Saint-Brieuc jusqu'à Saintes et de Nantes à Rouen. En 1712, il rédige à La Rochelle son ouvrage le plus connu et le plus important : le Traité de la Vraie dévotion à la Sainte Vierge.

 Très vite, après son ordination, il avait désiré réunir, au sein d'une Compagnie de Marie, des prêtres et des catéchistes, dûment formés. A sa mort, il n'a que deux collaborateurs : le Père Mulot et le Père Vatel, formé dans le séminaire de Claude Poullart des Places (+1709) son ami de jeunesse. Après sa mort, ce noyau se développera en deux directions : la Compagnie de Marie, congrégation religieuse de missionnaires ruraux (Pères Montfortains) et la Congrégation enseignante des Frères du Saint-Esprit (devenus Frères de l'instruction chrétienne de Saint-Gabriel au XIXe siècle).

Il meurt à 43 ans, épuisé par la fatigue et les pénitences, à Saint-Laurent-sur-Sèvre (Vendée), à l'occasion d'une mission paroissiale. Son dernier sermon a pour thème la douceur de Jésus. Montfort a été béatifié par Léon XIII et a été canonisé en 1947 par Pie XII.

 

  verticale 0006